Comme mes forets, mes paysages urbains sont une parenthèse à mes séries de portraits.

Je me mets à la fenêtre je regarde ,je respire. C’est une projection psychologique. Le ciel s’anime de ses reflets d’or, se déchire, s’embrase puis s’apaise.

Donc je peins.